Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Vous êtes décolleteurs, ce blog vous concerne. Infos, nouveautés technologiques...


Quel profit les décolleteurs peuvent-ils tirer du laser ?

Publié par Jérôme Meyrand sur 19 Mai 2011, 08:08am

ctdec-laser.JPG

CTDEC (Cluses), le 12 mai. Lors de la présentation aux décolleteurs des machines de soudage et d’assemblage laser.

 

Usiner c’est bien, assembler ensuite, c’est mieux. Voilà l’une des raisons de la création d’une plateforme laser au Centre technique de l’industrie du décolletage (CTDEC) de Cluses (Haute-Savoie) ouverte depuis quelques jours seulement.

 

« Notre ambition est de développer l’usage du laser dans les entreprises de décolletage en marquage comme en assemblage », note Camille Perriat, chargée de communication R & D au CTDEC. Les industriels auront également la possibilité de venir réaliser des études de faisabilité et de se former.

 

Mais que peut changer le laser chez les décolleteurs, si peu habitués à s’écarter de leur savoir-faire ? Qu’ont-ils à y gagner en s’emparant de cette technologie nouvelle pour eux ? C’est en tout cas un formidable outil pour ceux qui voudraient s’attaquer au sous-ensemble.

 

On le sait, les donneurs d’ordre désirent réduire leur portefeuille de fournisseurs. Proposer de la pièce unitaire ne suffit plus. Le soudage laser est incontestablement un moyen remarquable de pratiquer l’assemblage. « Il peut être utilisé dans un spectre très large de matière et le process est très rapide », affirme Stéphane Maniglier, du département R & D au CTDEC. L’étanchéité de la soudure est garantie.

 

L’autre vertu du soudage laser est l’économie de matière que peut attendre un usineur. L’exemple d’un raccord coudé est probant. Réalisée dans une barre de gros diamètre, sa fabrication nécessiterait un important enlèvement de copeaux. En usinant deux pièces puis en les assemblant, le décolleteur fera une économie de matière non négligeable.

 

Fondateur de Produlase, à Thyez, Martial Rosset se bat depuis 25 ans pour faire entrer ces “amplificateurs de lumière” dans les ateliers de décolletage. Et pourtant « le laser reste totalement méconnu, surtout dans la vallée de l’Arve, regrette-t-il. Les possibilités sont énormes. »

 

La technologie ne se limite pas qu’au soudage. La découpe et le marquage sont deux autres applications à la portée des sous-traitants haut-savoyards. « La durée du marquage sur une pièce est très courte et il peut s’intégrer très facilement dans une ligne de production », promet Stéphane Maniglier.


En montant cette plateforme, le CTDEC donne l’occasion unique d’apprivoiser cette technologie complémentaire que les décolleteurs ne devront plus ignorer.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents