Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Vous êtes décolleteurs, ce blog vous concerne. Infos, nouveautés technologiques...


Italie : des Assises de la machine-outil cet automne

Publié par Jérôme Meyrand sur 14 Février 2013, 14:04pm

Le président de l’association des constructeurs italiens de machines-outils, robots et systèmes d’automation va organiser cet automne des Assises de la machine-outil. Ceci afin de mettre en place une réflexion approfondie sur l’avenir du secteur.

PDTD.jpg

Luigi Galdabini, président d’Ucimu. « L’inappétence prolongée du marché italien impose une réflexion

approfondie sur le futur du secteur. »

 

L’Ucimu-Sistemi per produrre, l’association des constructeurs italiens de machines-outils, robots et systèmes d’automation, va organiser cet automne des Assises de la machine-outil. C’est ce qu’a affirmé son président Luigi Galdabini au lendemain des résultats de la profession pour 2012.

 

« La complexité du contexte global et l’inappétence prolongée du marché italien imposent une réflexion approfondie sur le futur du secteur », s’est expliqué Luigi Galdabini qui voit également dans l’organisation de ces Assises un « besoin de représenter les instances d’un secteur aux caractéristiques et besoins hétéroclites, à partir desquels il sera possible de cerner une stratégie commune pour sa relance et son développement ».

 

Les Assises seront ouvertes à la participation de tous ceux qui, en Italie, travaillent dans l’univers des systèmes de production. Elles ne seront donc pas uniquement réservées aux constructeurs mais s’adresseront également aux agents importateurs, aux distributeurs et aux filiales des entreprises étrangères, qui se rencontreront dans le but d’analyser les points faibles, les opportunités et les besoins de l’un des rares secteurs stratégiques pour le système économique du pays, étant à la base de la presque totalité des procès manufacturiers.

 

Les constructeurs italiens de machines-outils, robots et systèmes d’automation ont donc clôturé l’année 2012 sur une hausse de leur production de 3,5 % à 4,930 millions d’euros. Un résultat qui « découle de l’excellente performance montrée sur le marché extérieur, a commenté le président d’Ucimu-Sistemi per produrre. Les exportations, distribuées aussi bien dans les pays émergents que dans les pays traditionnels, ont en effet permis aux entreprises de clôturer l’année en maintenant les niveaux de 2011 ».

 

Toutefois sur le marché domestique, la consommation a été plutôt à la baisse. « L’industrie de secteur a ainsi récupéré une grande partie du terrain perdu lors de la crise de 2009 mais la situation est bien complexe à cause de la contraction structurelle du marché intérieur, reconnaît Luigi Galdabini. L’atrophie de la demande de machines-outils en Italie représente aujourd’hui un problème non seulement pour les constructeurs italiens mais également et surtout pour le pays qui, en démontant l’un après l’autre ses secteurs stratégiques – de la chimie, au bien d’équipement, à l’acier – risque d’être relégué en Ligue B des économies développées. »

 

En revanche, la demande étrangère a été satisfaisante, ce qui laisse à penser que « ce sont bien les exportations qui soutiennent tout le secteur », affirme le président Galdabini, lequel assure qu’il faut « prévoir des mesures utiles visant à favoriser une activité aussi coûteuse étant donné que cela dépend du degré et de la typologie d’innovation technologique appliquée au produit en fonction du marché destinataire. Je me réfère en particulier à la mesure permettant la réduction de l’Irap sur le personnel à raison d’une part égale au rapport exportation-chiffre d’affaires de l’entreprise. Ceci afin de récompenser les entreprises les plus vertueuses et d’encourager le processus d’internationalisation de celles qui sont encore fortement orientées à travailler sur le marché national ».

 

Pour le président d’Ucimu-Sistemi per produrre « les actions et initiatives des entreprises et de leurs représentants doivent être accompagnées d’interventions ciblées de la part du pays, de manière à graisser à nouveau les engrenages du système manufacturier ».

 

Si la mesure des amortissements libres est difficile à mettre en œuvre dans une période où l’équilibrage des comptes de l’État est une priorité, l’association demande « que l’on repense à une mesure sur le modèle de la loi 1329/65 (Sabatini) qui a beaucoup aidé à l’industrialisation du pays et qui, à l’échelon national, permet à l’acquéreur d’échelonner le règlement du bien jusqu’à cinq ans à un taux préférentiel ».

 

> Tout savoir sur l'association des constructeurs italiens de machines-outils, robots et systèmes d’automation

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents