Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Vous êtes décolleteurs, ce blog vous concerne. Infos, nouveautés technologiques...


Cluses : les futurs bacheliers rencontrent leurs aînés au lycée Charles-Poncet

Publié par Jérôme Meyrand sur 18 Février 2013, 13:51pm

lycee.JPG

Cluses (Haute-Savoie), le 15 février. Des élèves de terminale systèmes d’information et numérique

ont accueilli deux anciens bacheliers du lycée Charles-Poncet.

 

Vendredi 15 février, des élèves de terminale du lycée Charles-Poncet à Cluses (Haute-Savoie) ont passé deux heures à échanger avec d’anciens lycéens.

 

Une rencontre organisée dans le cadre de l’accompagnement personnalisé. Ce dispositif lancé en 2012 pour les classes de terminale est destiné à aider les élèves à se préparer à l’enseignement supérieur.

 

Salle A302, Frankie Allard, 41 ans, ingénieur et responsable des achats chez Cotterlaz à Marnaz, et Manel Briki, 25 ans, responsable informatique chez Frank & Pignard à Thyez, ont évoqué leur parcours à la fois scolaire et professionnel. Face à eux, un groupe d’élèves de terminale Sin (systèmes d’information et numérique) et Itec (innovation technologique et éco-conception), et le professeur Jacky Doreau.

 

Parti d’un bac électronique passé en 1989 au lycée clusien, Frankie Allard a démontré que la voie n’était jamais toute tracée. Car c’est dans la maintenance industrielle qu’il a suivi des études supérieures. Avant de se lancer à trente ans dans une formation continue d’ingénieur en mécanique.

 

« Je n’avais pas le niveau pour poursuivre dans l’électronique, mais mon parcours m’a permis de développer une culture technique. En fait, cela a été une chance pour moi. » Et de lancer cette phrase un peu plus tard dans une conversation avec les élèves : « On a plusieurs métiers dans une vie. »

 

Manel Briki, elle, a choisi le sien par défi. Un bac S-SI passé en 2005 à Charles-Poncet, la jeune femme n’a pas choisi la facilité quand elle décide de continuer vers un BTS Iris (informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques). « Je n’y connaissais strictement rien en informatique », insiste-t-elle.

 

Un élève l’interroge sur la raison d’un tel choix. « En terminale, c’était la seule chose que je ne comprenais pas. » Parmi ses camarades lycéens de l’époque, qui aurait pu imaginer de la voir à la tête d’un service informatique de sept personnes dont « deux ingénieurs sous mes ordres », glisse-t-elle aux futurs bacheliers surpris par son parcours.

 

Enfin, les deux intervenants l’ont répété : il faut maîtriser la langue de Shakespeare. « Moi, j’achète en anglais, prévient Frankie Allard. Notre entreprise paie des cours d’anglais pour ses salariés et cela a un coût pour elle. » L’ingénieur soulignait que lors d’un entretien d’embauche, l’employeur pouvait très bien tester le candidat en lui parlant anglais.

 

> L'enseignement technologique au lycée Charles-Poncet en images

 

> A lire : le projet de construction de la réplique du rover martien par des étudiants en BTS sciences et techniques industrielles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents