Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Vous êtes décolleteurs, ce blog vous concerne. Infos, nouveautés technologiques...


Cluses : l'Etat présente ses sept outils pour favoriser la compétitivité des entreprises

Publié par Jérôme Meyrand sur 23 Avril 2013, 08:35am

aidePME.JPG

Les intervenants, chefs de service administratif de l’État, se sont succédé pour évoquer les différents

dispositifs d’aide aux entreprises.

 

400 acteurs économiques et parlementaires du département sont venus lundi 22 avril à la Maison des Allobroges à Cluses pour connaître plus en détail les nouveaux dispositifs de soutien à la compétitivité des entreprises mis en place par l’État.

 

« Face à la courbe folle du chômage, toutes les mesures qui permettront de gagner le combat pour la compétitivité et l’emploi sont bonnes à prendre », a déclaré la députée UMP de la 6e circonscription, Sophie Dion, en préambule de cette rencontre.

 

L’activité partielle était l’un des sept dispositifs évoqués durant cette réunion de plus de deux heures. Face à des difficultés conjoncturelles, une entreprise peut recourir au chômage partiel, « une alternative efficace aux licenciements économiques », a dit Chrystèle Martinez, adjointe à la direction du travail et de l’emploi (Direccte).

 

En 2009, au plus fort de la crise économique, mille entreprises avaient sollicité ce dispositif qui permet aux employés touchés de percevoir de 70 à 100% de leur rémunération nette horaire pour chaque heure chômée. Depuis le début de l’année, déjà 105 demandes ont été enregistrées à la Direccte.

 

Les sociétés confrontées à des soucis de trésorerie ont la possibilité d’obtenir un délai de paiement de leurs dettes fiscales et sociales auprès de la Direction départementale des finances publiques. En 2009, plus de cent moratoires ont été obtenus représentant 40 millions d’euros de dettes contre 11 millions d’euros en 2012.

 

Francis Bénet, directeur de la Banque de France, l’a reconnu, « le crédit est plus difficile à délivrer ». Toutefois, les établissements bancaires semblent accorder une profonde confiance aux entrepreneurs locaux, puisqu’en 2012 le médiateur du crédit n’a été saisi que 25 fois et seulement six fois depuis janvier.

 

Générateur de subventions, catalyseur du partenariat, selon Philippe Dumont, directeur de la Direccte, la plateforme d’appui aux mutations de la vallée de l’Arve regroupe l’ensemble des acteurs économiques du département afin d’offrir des services aux très petites et moyennes entreprises en matière de stratégie industrielle et commerciale, et de ressources humaines. « L’idée est de construire un parcours de formation adapté aux nouveaux besoins des entreprises », a souligné Philippe Dumont.

 

Le CICE, crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi indexé sur la masse salariale des entreprises afin d’en réduire leurs coûts, « c’est simple comme bonjour, quatre et six pour cent », a rappelé Jean-François Carenco, préfet de région. 4% est le taux du crédit d’impôt pour les rémunérations versées en 2013 et 6% à compter de 2014.

 

Toutefois, le dispositif se limite aux salaires qui n’excèdent pas 2,5 fois le Smic, or c’est 3,5 fois le Smic que réclame le porte-parole des décolleteurs. « 2,5 fois le Smic cela ne représente que 60% de notre masse salariale », a déploré Lionel Baud, président du Syndicat national du décolletage.

 

La Banque publique d’investissement (BPI), qui se propose de financer des projets liés à l’innovation et à l’export, a également été évoquée, ainsi que le contrat de génération offrant une aide annuelle de 4 000 euros (sur trois ans) à condition d’embaucher un jeune en CDI et de maintenir un senior de 57 ans et plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents