Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Le blog de la revue Le Décolletage et industrie

Vous êtes décolleteurs, ce blog vous concerne. Infos, nouveautés technologiques...


Annecy : "Il existe en France une phobie de l'auto"

Publié par Jérôme Meyrand sur 6 Mars 2013, 16:06pm

Entretien avec Olivier Lamirault, président de la branche nationale des concessionnaires en voitures particulières du CNPA.

CNPA2.JPG

Siège départemental du CNPA à Annecy (Haute-Savoie), hier. 

Olivier Lamirault, président de la branche nationale

des concessionnaires en voitures particulières du CNPA.

 

Olivier Lamirault, président de la branche nationale des concessionnaires en voitures particulières du CNPA était de passage le 5 mars à Annecy (Haute-Savoie) en marge du salon de l’automobile de Genève.

 

Au siège départemental du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), rue Paul Guiton, il a confié aux journalistes présents qu’au sujet de la fiscalité du diesel on souffrait en France « d’une phobie de l'auto » et qu’il avait le sentiment que les politiques, quel que soit leur bord, voulaient décourager les consommateurs d’acheter une voiture. « L’automobile est devenue une contrainte alors qu’avant c’était un plaisir et une liberté ».

 

Vendredi 1er mars, la Cour des comptes avait mis en cause le régime fiscal dérogatoire pour le gazole en France. Une augmentation des taxes sur le diesel avait été un temps envisagé par la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, avant qu’Arnaud Montebourg (Redressement productif) n’annonce au salon de l’automobile à Genève qu’aucune mesure ne serait prise cette année.

 

Quel bilan tirez-vous de l’année 2012 dont le volume des immatriculations en France a été le plus faible en quinze ans ?

C’est la plus mauvaise année de l’histoire des concessions en France. Et les perspectives sont peu réjouissantes. Ce que l’on a remarqué également, c’est que toutes les activités de la concession, l’après-vente et les véhicules d’occasion, ont été en baisse. C’est la première fois que cela nous arrive.

 

Y a-t-il déjà eu des conséquences sociales ?

Depuis la crise de 2008-2009, le réseau de nos 3000 concessions a dû supprimer 15 000 postes soit presque l’équivalent de deux fois le plan social du groupe PSA à Aulnay-sous-Bois.

 

Relèvement de la fiscalité sur le gazole ou instauration d’une prime à la casse pour les anciens véhicules diesel, sont des mesures auxquelles le gouvernement semble réfléchir au lendemain d’un rapport de la Cour des comptes dénonçant l’avantage fiscal dont bénéficie ce carburant. Vos commentaires ?

Le risque d’une telle annonce est de voir des clients reporter leur achat d’automobile. La première mesure serait très dangereuse pour notre économie car 60 % du parc roulant en France, c’est du diesel. L’achat d’une telle motorisation est également déclenché pour son avantage à la pompe.

 

Une étude parle pourtant de 42 000 morts prématurés en France à cause du diesel ?

La part du transport dans les émissions de particules est seulement de 14 %. Depuis 2011, tous les véhicules diesel sont équipés de filtres à particules. C’est une étude qui ne repose sur aucun fondement scientifique. On sort des chiffres, de fausses études, on mélange tout. Or, plutôt d’un vrai débat, on préfère récupérer une nouvelle taxe pour faire rentrer de l’argent supplémentaire dans les caisses de l’Etat.

 

Avez-vous une proposition pour inverser la courbe des ventes de voitures en France ?

Le CNPA a fait une proposition qui ne coûte rien à personne. Celle de débloquer l’épargne salariale en cas d’achat d’un véhicule. Le montant total de cette épargne est de 3 milliards d’euros.

 

Que vous inspirent ces taxes qui planent sur l’automobile ?

Il existe en France une phobie de l'auto de la part des politiques quel que soit leur bord d’ailleurs. Les radars et maintenant le gazole, on fait tout pour décourager les gens d’acheter une voiture. Nous avons des constructeurs français qui sont des champions mondiaux du sport automobile. L’État les a-t-il déjà célébrés comme on célèbre nos médaillés olympiques ?

 

Y a-t-il des modèles de voiture "anticrise "?

Ceux de la marque Dacia par exemple, car c’est la possibilité d’accéder à une voiture neuve. Également les modèles Audi, car ce sont des autos qui font rêver. Aussi on peut parler des nouvelles Clio et 208, parce que ce sont des voitures que les consommateurs ont envie d’acheter pour leur silhouette inédite. Enfin, les automobiles très économiques en carburant et qui émettent peu de CO2 sont des modèles "anticrise".

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents